Le saut dans le Co-vide !

Ce ne sera pas fini avant que ça soit fini ! (sic)

Déjà 84 jours 16 heures 29 minutes de déconfinement !

Confinés » Confinement à géométrie variable

Confinement à géométrie variable

Plus le temps passe, plus il devient difficile à certains de rester stoïques face au confinement. La tentation devient terrible de braver le virus et de renouer avec un semblant de vie normale. Plus que tout autre chose c’est l’absence de liens sociaux concrets qui se fait pesante.

Il est clair que certains passent outre les mesures de précautions imposées prenant le risque de se mettre en danger. On l’a vu notamment pour ces pseudos vacanciers qui ont réussi à envahir certains lieux de vacances. Parler de ceux-la me rendrait surement grossier et ce n’est pas le sujet. Mais bien d’autres composent, donnent un peu d’aisance à la règle de confinement pour la rendre supportable.

La stratégie du “en même temps”

Confinement à géométrie variable : Une astuce que sans doute bon nombre d’entre nous ont testé, même involontairement. Au retour d’une sortie nécessaire pour faire des courses ou peu d’activité physique, n’est-il pas tentant de faire un petit coucou à des amis ? On a forcément envie de saluer sa famille qui se trouve sur le trajet, non ?

Si le lieu d’habitation s’y prête (rez de chaussée ou étage bas) il est facile de discuter un petit peu en ne transgressant quasiment pas le règle. On papote de loin sans se toucher, tout le monde est heureux et finalement le mal est bénin.

Certains s’égarent et leur trajet de course les amène assez loin du domicile mais tout près d’être chers. Il serait dommage de ne pas mettre cette heureuse coïncidence à profit et de ne pas prendre le temps d’un brin de causette.

Le confinement partagé

Nous le pratiquons tous. Pas de distanciation sociale au sein du même foyer, ça serait difficilement tenable et surtout totalement inutile. Dans certains cas, il semblerait que la notion de “foyer” se soit singulièrement élargie.

C’est une chose que j’ai pu observer dans mon voisinage immédiat, avec un petit immeuble de 8 appartement et un grand jardin partagé. Désormais le confinement se fait au sein de l’immeuble, mais nos voisins ont totalement cessé de maintenir des distances entre eux. Ils restent confinés vis à vis de l’extérieur, mais partagent repas et soirées.

Confinement à géométrie variable ? Après tout pourquoi pas. Là encore c’est une entorse à la règle stricte mais si personne ne sort de cet espace mutualisé, le risque n’est guère plus grand.

 

Une fois encore, nous voilà confrontés à nos propres limites, à notre capacité d’adaptation à une situation difficile et contraignante. Entre les stratégies du “en même temps” (que ne renierait pas notre président de la République) et l’élargissement d’une zone de confinement, l’imagination vient au secours des prisonniers du covid que nous sommes.

J’aime à penser qu’il existe encore mille et une manières de rendre ces moments acceptables, voire enrichissants sans mettre en danger les autres. Cherchons bien.

Partagez cet article.

Pin It on Pinterest