Le saut dans le Co-vide !

Ce ne sera pas fini avant que ça soit fini ! (sic)

Déjà 57 jours 59 minutes de déconfinement !

Confinés » 11 mai : une seconde rentrée

11 mai : une seconde rentrée

Le 11 mai

Le 11 mai aura un petit air de déjà vu. Mais si, rappelez-vous, dans cette autre vie, sans attestation ni gestes barrières, chaque année en septembre.

Il y a cette même forme d’impatience matinée d’incertitude. Parents et enfants s’affairent la veille à préparer sacs et tenue vestimentaires. On se pose des questions : quels instits ou professeurs, quel horaires, quelle classe avec quels amis pour les plus petits ? Le plus grands appréhendent les contraintes d’un travail souvent subi, les joies du transport et les affres des pressions retrouvées.

La rentrée scolaire, c’est souvent la fin de l’insouciance estivale, l’adieu aux tenues relax quand elles ne sont pas négligées.

Rentrée scolaire

Demain, pour beaucoup, il y aura cette impression de déjà vu. Plus encore sans doute pour les enfants ou les chômeurs partiels pour peu que leur activité redémarre.

Les plus jeunes, ceux qui reprendront le chemin de l’école, refont un sac oublié pendant 55 jours. Ils imaginent sans doute mille histoires à partager avec des copains sans savoir qu’il leur faudra les hurler à deux mètres. Les images de la classe leur reviennent, mêlées à ce masque posé sur le sac avec son petit flacon de gel hydroalcoolique.

Ils rêvent d’une rentrée scolaire, ils vont droit vers une rentrée sanitaire. Ils vont être figurants sans le savoir dans la nouvelle série française : Urgence à l’école.

Le programme scolaire aura le mérite de la nouveauté pour les rares élus – punis – cobayes (merci de rayer les mentions qui dérangent). Les sciences naturelles se focaliseront sur la micro-biologie, les maths sur la géométrie dans l’espace des barrières sanitaires. En histoire il s’agira d’étudier Ambroise Paré et Louis Pasteur, tandis que l’éducation sportive se consacrera aux premiers secours.

Rentrée subie

Leurs parents ne seront pas en reste. Oublié le délicieux négligé de ces dernières semaines. Adieu, tongs, charentaises ou pieds nus, le retour aux chaussures est d’actualité. Il faudra tailler les barbes, coiffer l’incoiffable, reprendre nos habitudes d’animaux sociaux.

Ceux qui n’auront pas la chance (et donc le choix) de télé-travailler auront à affronter des choix cornéliens. L’embouteillage monstre prévisible ou la tout aussi évidente saturation des transports en commun seront le casse-tête du jour. Le vélo offrira une alternative à ceux qui en possèdent déjà un et qui aiment la pluie, Murphy toujours.

Tenter le RER ou le métro pour les franciliens reviendra à essayer de résoudre une nouvelle version de la quadrature du cercle : comment respecter les distances dans un lieu prévu (et optimisé) pour l’entassement maximum ?

Une fois encore, cette crise se révélera sans doute inégalitaire à l’extrême. Certains vivront l’angoisse d’un déconfinement brutal, d’autre pourront attendre.. pour voir.

Le 11 mai, c’est demain et, de déconfinés, bon nombre d’entre nous risquent bien de passer à déconfits

Pin It on Pinterest