Le sursaut dans le Co-vide !

Seconde vague !

Depuis 81 jours 2 heures 29 minutes 22 secondes, on remet ça : confinement, saison 2 !

Confinés » Les oubliés de la crise sanitaire

Les oubliés de la crise sanitaire

Les oubliés : Petits boulots dépassés ou marchands de bien désormais inutiles, qui se soucie aujourd’hui de ces laissés pour compte ?

Loin des préoccupations gouvernementales, ils passent surement au travers des mesures d’aide. Et sans une politique volontariste, il est fort probable que nombre d’entre eux disparaissent. Pour certains d’entre eux, déjà précaires autrefois, le gouffre s’est terriblement rapproché.

Un travail proscrit

Bousculés par les mesures barrières, rejetés par peur de contamination, qui sont-ils ?

Salon de massage, profs de tango argentin ou pousseurs de métro, la proximité est leur métier. Désormais proscrite, elle sera leur fossoyeur si rien n’est fait pour protéger cette activité aujourd’hui.

Catcheurs, sumotoris, body-painter ou tatoueurs ne peuvent clairement plus exercer. Existeront-ils encore d’ici deux ans ?

Etre chauffeur de salle a t-il encore du sens dès lors que les rassemblements de plus de 10 personnes sont proscrits ?

Il doit, n’en doutons pas, en exister des dizaines d’autres. Ils sont, sans encore le savoir, les espèces en voie de disparition de notre écosystème “post-covid”.

Vendre l’inutile

Les oubliés : Fabriquer et commercialiser du rouge à lèvres dans un monde masqué sera sans doute peu rémunérateur et passablement déprimant.

Les fabricants de sucettes ou de barbe à papas vont au devant de jours difficiles. Qui utilisera encore des pailles lorsque le port d’un masque sera obligatoire ? Les chirurgiens esthétiques devront mettre au rancart tout leur arsenal pour repulper des lèvres désormais invisibles.

Notre monde, s’il nous faut rester dissimulés, changera et bien plus que nous sommes capables de l’imaginer aujourd’hui.

Heureusement, d’autres seront mis à l’honneur et verront leurs activités sérieusement boostées. Verbicruciste, pétomane et gardien de phare sont des métiers d’avenir. Le souffleur de verre est en danger, mais le traducteur en langage des signes à tout l’avenir devant lui.

Partagez cet article.

Pin It on Pinterest